GR20 | Ma traversée de la Corse par le Fra Li Monti

GR20 réveil à Prati
Cette année, j’ai enfin réalisé cette traversée que je rêvais de faire depuis des années. Je l’ai préparé de longue date et je souhaitais la faire de façon sportive et surtout montagnarde, en gravissant tous les sommets qui sont à proximité du GR20, en choisissant toutes les variantes alpines et en réduisant la durée de parcours (prévu normalement en 16 jours) afin de tenir le tout en deux semaines maximum (congés obligent). Voilà ce programme accompli avec bonheur, grâce à la météo favorable de ces quinze derniers jours de juin 2017. De plus, le plaisir a été d’autant plus grand, que je l’ai partagé avec mon ami Michel, qui a été un formidable compagnon de route.

Le programme, des sommets réalisés, a été le suivant du sud au nord :

  • Les aiguilles de Bavella (1850 m),
  • Le Monte Incudine (2134 m),
  • Le Monte Renoso (2352 m),
  • Le Monte d’Oro (2389 m),
  • La pointe de Pinzi Corbini (1989 m)
  • La brèche de Capitello (2200 m)
  • Paglia Orba (2525 m)
  • Le Monte Cinto (2706 m)

Les étapes réalisées en juin 2017 :

GR20 les étapes réalisées
GR20, les étapes réalisées

Les traces GPS du GR20:

Voici mes traces de l’ensemble du parcours étape par étapes :

Téléchargez le fichier GPX du parcours étape par étape

Monte Bracciutu
Monte Bracciutu en arrivant sur le refuge Paliari

Mon expérience sur le Fra Li Monti

Je ne vais pas détailler ici l’ensemble des étapes de ce parcours car de nombreux sites web le font déjà. Je vais plutôt partager mon retour d’expérience.

Une bonne condition physique, recommandée !

Oui, ce parcours est magnifique et oui, je suis heureux de l’avoir réalisé. Il est physique à n’en pas douter et une bonne condition, voir un entrainement spécifique, peut permettre de l’apprécier plus intensément. Pour pouvoir le faire dans de bonnes conditions, il faut être capable de marcher sur des cailloux (car les sentiers sont plus que rares en Corse) avec un sac chargé (12 à 18kg) et ce pendant 6 à 12h en fonction des étapes (simple ou double) et des variantes ou sommets réalisés, le tout avec un dénivelé de plus de 1000 mètres par jour. D’après les locaux rencontrés, il n’y aurait que 30% des randonneurs qui termineraient le parcours complet…

Sud et nord, tout aussi joli !

Contrairement aux idées reçues, le sud n’est ni moins beau, ni plus facile, que le nord. Ils sont différents et ont chacun leur charme et leurs difficultés. À mon sens, il est dommage de ne faire qu’une des deux parties tant l’ensemble offre une diversité de paysages de montagne harmonieuse.

Le sens sud-nord me semble plus agréable

Réaliser ce parcours dans le sens Sud-Nord est, je pense, le meilleur choix. Outre le fait qu’on a le soleil dans le dos, ce qui est fort appréciable pour un photographe, il offre un parcours qui va crescendo dans la minéralité et dans la hauteur des sommets, lorsqu’on passe par ceux-ci. Un seul inconvénient, le balisage qui est parfois un peu plus difficile à trouver. Car il est clairement établit majoritairement pour le sens officiel, à savoir Nord-Sud.

Néanmoins, on peut dire que dans les deux sens, le tracé est correct et qu’en étant attentif, il n’y a pas de raison de se perdre. Attention néanmoins, à certains endroits des conditions météo difficiles peuvent incontestablement rendre les passages dangereux. En effet, des dalles de rocher et dans des pierriers pentues, peuvent en cas de pluie rendre certains franchissements périlleux. Dans ce cas, il est recommandé de prendre conseils auprès du gardien de refuge avant le départ. Et parfois, savoir renoncer est gage de sagesse et de longévité ;-).

Un autre avantage au sens Sud-Nord est que 80% des GR20tistes, le font dans l’autre sens… 😉

Prendre de bonnes chaussures !

Pour ce qui est de l’équipement, je recommande de ne pas mégoter sur deux points, les chaussures et le sac à dos.

Nous avons rencontré bon nombre de randonneurs avec des chaussures rafistolées qui priaient à chaque cailloux que leurs semelles restent solidaires jusqu’au bout !

Quelques conseils pour réussir son GR20 :

  • Ne partez pas avec des chaussures vieilles de plus de 5 ans. Car, les colles qui solidarisent la semelle vieillissent mal et perdent leurs caractéristiques avec le temps, la chaleur, les contraintes mécaniques (nombreuses sur le GR20) et le soleil. Des chaussures neuves mais pas trop ! Partez donc avec des chaussures récentes, mais que vous avez suffisamment testées préalablement.
  • Pour le sac, je recommande les dos offrant une excellente ventilation car il fait toujours chaud en Corse. Privilégier les sacs avec un filet type trampoline est donc une très bonne option !
  • Pour le reste du matériel, le tout est affaire de goût et surtout de poids qu’il faut à tout prix limiter ! Sauf sur un point, la quantité d’eau nécessaire qui est de trois litres pour les étapes longues (plus de 6 heures) car il fait chaud et que les points d’eau sont rares en dehors des refuges.
  • Partir tôt pour arriver tôt et ainsi limiter les risques liés aux orages.
  • Prendre une paire de bâtons pour soulager les genoux, surtout en descente avec un gros sac !
  • Pour tout savoir sur ma liste de matériel il suffit de la télécharger ici😉
Sacs à dos de randonnée
Le bon sac à dos c’est celui qu’on oublie en marchant !

Bourrus puis chaleureux !

De nombreux clichés sur l’accueil en Corse et particulièrement dans les refuges, sont déclinés sur la toile. J’aurai un avis nuancé sur ce point. Lorsqu’on est courtois et poli, l’accueil partout est correct. Il m’est souvent arrivé de discuter avec les gardiens de refuge qui sont prompts à raconter leur vie et à partager leurs connaissances des environs. Les hommes sont parfois bourrus, à l’image de leurs montagnes, mais une fois la carapace franchie, la chaleur humaine peut être intense !

Des prix parfois inappropriés !

Néanmoins, partout, j’ai bien eu conscience d’être un porteur d’euros qu’il fallait alléger ! Les prix sont parfois hors du niveau de qualité de la prestation (je dis cela en toute conscience du portage qui augmente le prix de base et c’est normal !). Dans certains refuges un repas du soir coûte 22 € et pour ce prix se compose d’une soupe (en sachet) de deux louches de lentilles sans viande et d’une crème dessert (en sachet) accompagné de quelques morceaux de pain. Heureusement, ils ne sont pas tous sur ce modèle et le refuge de l’Onda est à noter dans le livre des records avec sa soupe Corse maison, ses lasagnes au bruccio maison, son assiette de fromage de sa bergerie et sa mousse, au chocolat, maison ! C’est incontestablement le meilleur repas en refuge de tout le GR20 ! Bravo l’artiste !

Le camping une bonne option !

Pour ce qui est du gîte, je vous recommande chaudement de prévoir votre tente de camping personnelle même si cela représente un poids supplémentaire non négligeable (il faut donc prendre tente, matelas, duvet, soit environ 3kg supplémentaires). En effet, l’ensemble des refuges du parcours hébergent également de charmantes petites bêtes qu’on appelle des « punaises de lit ». À tel point qu’un matin au petit déjeuner nous avons vu un randonneur sortir de la chambrée en s’exclamant « Eh ! Regardez ce que j’ai sur le bras ! » deux magnifiques punaises gambadaient bon train sur l’avant de son bras après l’avoir savoureusement goutté !

Attention aux punaises de lit !

Autant vous dire que dans ces conditions, les tentes et les matelas loués par les refuges et entreposés dedans, sont loin de la propreté que nous espérons tous… Nous avons tout au long du parcours rencontré de nombreux randonneurs largement affublés de jolies traces laissées par ces charmantes bestioles chaque nuit… À vous de voir ce qui vous convient. Pour notre part, nous les avons évité avec grand plaisir !

Par ailleurs, posséder sa propre tente offre une liberté appréciable car dans ce cas (et uniquement) nul besoin de réserver vos nuitées en refuge. Il suffit d’arriver avant 17h30 – 18h pour réserver le repas.

Camping Bergerie de Ballone
Posséder sa propre tente c’est la totale liberté !

Combien ça coûte le GR20 ?

Le coût d’un GR20 intégral. Il faut compter un peu plus de 1200 euros par personne pour deux semaines en fonction des dépenses diverses.

Les prix moyens par type

  • Voyage avion (Paris-Figari puis Calvi-Paris) avec Air Corsica environ 300 €
  • Transferts taxi et bus environs 100 € pour un taxi entre Figari et Conca et 25 € entre Calenzana et Calvi.
  • Hébergement (prix en refuge) :
    • Nuit en refuge ~16€/pers
    • Nuit en tente pour deux avec matos perso ~16€
    • Repas du soir ~ 22€/pers
    • Une bière 50 cl ~7€
    • Un fromage local ~ 10€
    • Un saucisson local ~ 10€
    • Granis ~ 8€
    • Eau gratuite !

Si on fait un rapide calcul moyen, il faut environ :

  • Hébergements = environ 50€ par jour x 14 jours = 700 €
  • Taxi & bus = 100 €
  • Avion = 300 €
  • Divers = 100 €

Le matériel acheté sera, quant à lui, amorti sur d’autres randonnées, je vous le souhaite 😉

La Montagne Corse, la nature à l’état sauvage !
La Montagne Corse, la nature à l’état sauvage !

Meilleure période pour le faire le GR20 ?

Pour ma part, je l’ai réalisé les deux dernières semaines de juin. Cela permet d’éviter la neige car à cette période la chaleur en vient à bout. De plus, le sens Sud-Nord permet d’arriver fin juin sur les parties les plus hautes et donc d’augmenter ses chances que la neige ait fondue.

Fin juin une bonne option !

Juin permet également de limiter le risque d’orage, qui sont plus présent en corse à partir du 15 août et ce jusqu’en fin de saison. J’en ai essuyé un seul, au refuge de Caruzzo et quelques campeurs s’en souviennent encore, car en quelques minutes la montagne c’est transformée en rivière, emportant quelques tentes et en remplissant quelques autres au passage… Par prudence, la mienne était bien montée et positionnée à un bon endroit, je n’ai donc subit aucun dommage !

L’inconvénient majeur est l’affluence à cette période. D’après les locaux, les deux mois où il y a le plus de monde sur le GR20 sont juin et septembre.

À partir d’Août, attention aux orages !

Ce serait à refaire, je reste sur le choix de fin juin début juillet. Peut-être un petit peu plus sur début juillet où il pourrait y avoir moins de monde…mais je resterais en début de saison pour éviter, autant que possible, les dangereux orages de fin d’après-midi, plus présents à partir d’août.

Mes meilleurs souvenirs !

  • La convivialité des randonneurs sur le parcours. De nombreuses belles rencontres et des échanges humains comme on n’en connait pas tous les jours surtout dans les espaces urbains…Particulièrement deux jeunes Corses sportifs rencontrés à la brèche de Capitello et qui nous ont rassuré sur l’avenir par des propos profondément empreint d’une grande humanité. Comme quoi, la sagesse parfois, n’attend pas le nombre des années. Merci à eux !
  • La beauté des Montagnes et particulièrement du mélange des couleurs des roches, qui va de l’ocre rouge au vert émeraude !
  • L’ascension de Paglia Orba qui est et reste pour moi la plus belle montagne de Corse. Elle ne fait pas partie du GR20 et n’est pas à la portée d’un simple randonneur. Il s’agit là d’une course de montage facile certes, mais dont l’accès nécessite de l’escalade (monté et descente en 3b) et un sens de la voie car il n’y a pas de tracé seulement des Cairns. Mais attention, il y en a dans toutes les directions ! Il faut donc un niveau montagnard pour s’y aventurer. Voir l’article spécifique qui décrit l’ascension de cette magnifique montagne.
Paglia Orba Sommet !
Une belle émotion ! Nous serons les seuls au sommet de Paglia Orba ce jour là

Article complémentaire

Pour aller plus loin sur le GR20

Ma galerie photos du GR20 !

6 Replies to “GR20 | Ma traversée de la Corse par le Fra Li Monti”

  1. merci super les photos sympa les renseignements mille merci a vous

  2. Bonjour,

    Tout d’abord je voudrais vous remercier pour ce blog pleins de conseils importants sur le gr20, ainsi que de magnifiques photographies qui donnent envies.

    J’aimerais moi même réaliser cette randonnée cette année. Deux questions que je me pose et dont je n’arrive pas à trouver la réponse, alors qui de mieux que quelqu’un qui l’a déjà pratiquée.
    – Lorsque l’on dort en tente, faut il réserver son emplacement préalablement auprès des refuges?
    – est il possible d’utiliser une prise pour recharger son téléphone dans les refuges même si l’on ne dort pas dedans?

    D’avance merci pour vos réponses, et encore félicitations pour votre site.
    Bien à vous.
    Christophe

    1. Bonjour Christophe,
      Merci pour votre message et vos compliments.

      Pour les tentes, non, il n’y a pas besoin de réserver. Il en reste toujours de disponible. Néanmoins, il est recommandé d’arriver tôt pour éviter de se retrouver dans le coin dont personne n’a voulu…

      Pour la recharge des téléphones c’est variable. Certains refuges font payer la recharge quelques euros. D’autres​,​ en fond de vallée​,​ ​autorisent gratuitement la recharge, mais certains pas du tout. Personnellement j’avais opté pour une batterie solaire qui m’a permis d’être indépendant durant tout le parcours. Le soleil manque rarement très longtemps en Corse !

      ​Espérant avoir répondu à vos questions ?

  3. beaucoup de bravoS pour ces photos très parlantes et d’une belle sensibilité ! nous partons fin mai pour 16 jours …j’espère que ce magnifique parcourt ne me laissera que des bons souvenirs , je vais tout faire pour… car je voudrais , moi aussi , “toucher” ces paysages de montagne corse

    1. Bonjour et Merci pour ce très gentil message.

      Fin mai, c’est une très belle période en Corse. La montagne est encore verte et les fleurs amènent de subtiles touches de couleurs. De plus la chaleur réveille la nature dans une émanation olfactive qui, rien que d’en parler, me fait sentir l’odeur si particulière du maquis Corse !
      Néanmoins, attention à l’enneigement qui subsiste en début de saison sur certains cols. Il faudra, avant de partir, prendre des informations de l’état du GR sur le site du PNRC (en lien ci-dessus).
      Pour ce qui est des souvenirs, il n’y a aucun souci, le parcours est riche en émotions. De plus, avec le temps, la mémoire est bien faite, elle ne garde que le meilleur !

      Bonne rando.

  4. oui , fin mai il y a des risques de fort enneigement sur certains cols , surtout si ça continue à neiger comme en ce moment ( je suis de la clusaz) , Mais j’ ai la chance de partir avec le président de la fédération d’escalade du loiret ( que je ne connais pas encore) mais qui m’inspire confiance ( j’espère de pas me tromper…) et de plus , nous n’avons plus 20 ans et une démarche axée sur la sécurité , pas de décision prise sur un coup de tête…

Laisser un commentaire