Quel appareil photo pour la randonnée ?

Trois randonneurs sur la GTJ

Vous partez en randonnée et vous aimeriez avoir le bon matériel pour réaliser de magnifiques clichés tout au long de votre parcours ? Oui mais voilà, le poids ! Ouille, aïe, aïe !!!

L’appareil photo de randonnée, un dilemme poids-performances !

Le dilemme est toujours le même :

Entre, ce dont on aimerait disposer pour photographier et ce qu’on va accepter de porter !

Car en randonnée itinérante, on porte tout son barda sur son dos, et ce pendant plusieurs jours. Dans ce contexte, indéniablement, chaque gramme compte ! Si par mégarde on a emporté quelque chose qui ne sert pas….(c’est aussi vrai pour le reste du matériel). On lui aura bien fait prendre l’air, certes ! Mais au détriment de nos articulations et de nos précieux disques lombaires ! 😉

Quelle est donc la bonne solution, pour limiter le poids, sans réduire [de trop], les possibilités d’une moisson de belles images ?

Randonnée itinérante ≠ de randonnée photo !

Oui, il me semble important de préciser ce point. J’évoque dans cet article l’aspect randonnée sous l’angle : « le but premier est la randonnée ». L’action de photographier est accessoire et complémentaire. Elle permet de glaner de belles images, si c’est possible et si les conditions le permettent. Il n’est dans ce cas, pas imaginable d’attendre la belle lumière. La randonnée et sa sécurité, surtout en montagne, prime sur la qualité des photos. Par ailleurs, dans ce type de pratique les groupes sont avant tout formés de randonneurs et le photographe-randonneur est l’exception ! Il doit donc s’adapter au groupe.

Ceci est très différent de la randonnée photographique où, le but est d’aller à un endroit repéré préalablement, au bon horaire, afin de faire les photos imaginées et préparées initialement. Dans ce cas ci, la photographie est l’objet principal de l’action. Souvent sur des durées de l’ordre de la journée, voir de quelque jours. Mais où la marche n’est que le moyen d’aller chercher l’image prévue, à l’heure prévue. Et dans ce cas, il est évident que le reflex sera probablement, une des meilleures option.

Ce préalable étant posé, revenons à notre propos, déterminer le meilleur appareil photo de randonnée, itinérante !

Randonneuse sur le TMB
Lorsque le chemin est long et le sac lourd, le photographe privilégie un accès rapide à l’appareil, sans poser le sac !

Le smartphone, une fausse bonne idée photo !

Quand on est photographe, c’est certain que le smartphone, même haut de gamme, limite un tantinet la créativité. Et ce, même si coté poids, c’est imbattable !

Mais au fait, j’y pense 😜 ! On l’emmène quand même avec nous pour d’autres raisons, non ? Donc, si on prend en plus un appareil photo, il faut vraiment qu’il apporte des qualités/possibilités supplémentaires !

Et pour ce faire, les possibilités vont du boitier reflex avec ses innombrables possibilités optiques et accessoires, à l’appareil photo compact en passant par le bridge… Mais comment choisir efficacement ? et sur quels critères ?

Définir les critères, pour choisir le bon appareil photo de randonnée

La première chose à faire est de définir ses propres critères. Ceux qui font, qu’on sera à l’aise avec notre matériel, tant pour marcher que pour prendre de photos. Cela est forcément affaire de compromis. L’appareil idéal n’existe pas.

Qu’est-ce qui est indispensable pour moi, pour faire de belles photos en randonnée ? Telle est la question à se poser, pour l’ensemble du champ photographique que l’on souhaite couvrir.

Je vais donc vous présenter mes critères personnels à titre indicatif. Espérant, que vous y ajouterez les vôtres, (en commentaire, en pied de cet article 😉).

Les principaux critères de choix de mon appareil photo de randonnée

Je vous les présente, sans ordre de priorité, car cela peut changer en fonction des technologies qui évoluent. Outre le prix, critère déterminant s’il en est, qui dépend du budget de chacun, l’appareil de randonnée idéal pour moi, il faut à minima, qu’il :

  • soit le plus léger possible,
  • offre une excellente autonomie,
  • offre un encombrement réduit afin de ne pas prendre trop de place,
  • soit accessible facilement et rapidement pour pouvoir prendre une photo sans avoir à poser le sac,
  • offre un mode RAW,
  • possède une vrai qualité optique pour un piqué irréprochable,
  • dispose d’un flash puissant, permettant le mode « fill in » pour “déboucher” un sujet en contrejour,
  • puisse se raccorder à un pied photo,
  • offre une focale zoom de type minimum 24-70 mm permettant le portrait et le paysage,
  • offre un mode macro pour les photos rapprochées (telles que les fleurs),
  • une bonne sensibilité ISO (6400) afin de prendre des photos en intérieur (refuge, tente).

Mes critères secondaires

En critères complémentaires, j’aimerais également pouvoir disposer d’un(e) :

  • focale supérieure 300 ou 600 mm (pour les animaux souvent éloignés),
  • étanchéité permettant une tranquillité d’esprit et accessoirement, la photo sous la pluie,
  • viseur oculaire (optique ou numérique) pour les photos en plein soleil,
  • capteur le plus grand possible (au plus près du plein format) pour pouvoir imprimer en grande dimension,
  • mode vidéo de bonne qualité et potentiellement stabilisé.
Un randonneur regarde les montagnes
Instant fugace ! Un randonneur contemple ce magnifique paysage, afin de le mémoriser dans sa mémoire !

Analyse de ces critères au regard de l’offre commerciale actuelle

Les reflex

Ils offrent indéniablement, techniquement, les meilleures possibilités (qualité, solidité, autonomie, etc..). Mais ils sont également les plus lourds !

Notamment, avec des optiques haut de gamme, qui ont de grosses lentilles en verre. Par conséquent, même si on peut trouver des boitiers pas trop lourds, les optiques haut de gamme le sont ! L’un n’allant pas sans l’autre, l’ensemble reste très lourd, quel que soit la combinaison ! Environ 2 kilogrammes pour la plus petite configuration (sans les annexes, batteries, carte, chargeur, pied, etc…). Ce qui est déjà plus lourd qu’une tente deux places de randonnée ! Aïe, aïe, ouille !

Le reflex, sera donc privilégié pour faire des photos de montagne, sur des sorties à la journée, dédiées à la photographie de, paysage, d’animaux, etc…Mais pas en randonnée itinérante, car trop lourd et encombrant !

Donc, je laisse mes bons vieux reflex et leurs excellentes optiques à la maison lorsque je pars en rando 😪

Les bridges

Ces appareils, sont intermédiaires entre les compacts et les reflex. Ces dernières années, ce segment commercial est en plein essor ! Nombreux, sont les fabricants qui investissent sur la recherche et le développement de ce type de boitier. Ceci étant généré par l’engouement, justifié, du grand public pour ce couteau Suisse de la photographie !

Les bridges possèdent maintenant des optiques de grande qualité et des automatismes évolués, au point de répondre aux cas les plus compliqués de prise de vue ! De plus, ils servent à la fois d’appareil photo mais également de caméra haute définition avec stabilisation et ralentis époustouflants.

Les plus +

Je pense notamment au dernier bridge Sony RX10 III avec un objectif ZEISS équivalent 24-600 mm. Un tel type de boitier offre des possibilités incroyables pour la randonnée en montagne. De nombreux reporter professionnels sont d’ailleurs passé à ce type de matériel dans leur quotidien de reportage ! Ce qui est un gage de qualité et de facilité d’utilisation !

Mais…. et oui, il y a toujours un mais 🤔

Les moins –

Les bridges offrent, il est vrai, de belles possibilités, mais ils présentent à mes yeux encore quelques points négatifs pour la randonnée itinérante :

  • ils sont relativement encombrants (équivalent à petit reflex plus un objectif),
  • c’est difficile, voire inconfortable, de les avoir à porter de main pendant la marche,
  • leur poids dépasse encore le kilo. (environ 1,1 kg pour le SONY RX10 III, hors matériel annexe)
  • leur autonomie, de par toutes les fonctions qu’ils offrent et notamment la motorisation, est limitée (environ 2h ou 400 photos),
  • ils nécessitent un pied photo, plus encombrant et plus lourd, que pour un compact.

C’est pour ces principales raisons, que mon choix ne se tourne pas encore actuellement sur ce type de matériel.

Mais, les choses évoluant vite en ce domaine, demain, peut-être…D’autant que la longue focale me manque parfois….😕

Ar-en-ciel Guadeloupe
Un magnifique arc-en-ciel avec son double anneau de diffraction, en redescendant de la Soufrière (Guadeloupe)

Les compacts experts

Indéniablement, les compacts experts offrent un rapport « qualité-photo/Poids » imbattable !

Du point de vue de la qualité des photos, ils sont meilleurs que les smartphones et quasiment aussi bon que les reflex (milieu de gamme).

Ils offrent un encombrement réduit. Pour certain, c’est de l’ordre de la taille d’un paquet de cigarettes. Et par ce fait, ils sont facilement accessibles, à tout moment, dans une poche de vêtement ou dans une petite sacoche spécifique de ceinture.

Les capteurs ont évolué et actuellement, la taille d’un pouce se généralise sur les modèles experts.

Le format RAW, avec les fonctions évoluées les plus performantes, font partie de l’équipement.

La qualité des objectifs et leur optimisation vis-à-vis du capteur, en font maintenant des machines à produire un piqué équivalent aux reflex pro !

La haute sensibilité ISO, permet des prises de vues de qualité à très faible lumière.

Bref, actuellement les compacts offrent, à mon sens et au regard de mes critères, le meilleur compromis entre qualité de production des photos et le poids.

C’est donc ce matériel qui m’accompagne depuis maintenant plus de deux ans dans toutes mes baguenaudes au long court.

Un compact de randonnée
Compact expert Sony RX100 III, une excellente option pour la randonnée itinérante !

Ma sélection de matériel photo pour la randonnée

Un compact expert comme compagnon !

Mon choix s’est porté sur un compact expert, le SONY RX100 III. Je l’ai acheté en 2014 à sa sortie sur le marché et depuis, il ne me quitte plus au quotidien. Je l’emmène partout, tant il est petit, léger et facile d’utilisation.

La quasi-totalité des photos de randonnée que vous voyez sur mon site, sont réalisées avec. Cet appareil, offre pour sa taille, une qualité d’image exceptionnelle ! Son capteur un pouce et son objectif ZEISS, y sont probablement pour quelque chose ! Ses fonctions et ses automatismes sont nombreux et largement au-delà de mon besoin en randonnée.

Une sacoche à la ceinture

En randonnée, mon RX100 trône fièrement dans une sacoche spécifique accrochée à la ceinture de mon sac à dos. Cette situation le rend, en tout moment, accessible en quelques secondes. Ce qui est pour moi essentiel, afin de ne pas louper une opportunité de photo, souvent fugace. Car, entre le moment où l’on voit une scène et le moment où l’on peut prendre la photo, tout peut changer vite ! Ainsi équipé, je peux dégainer comme un cowboy 🤠.

sacoche et lien pour compact en randonnée
Il est prudent de sécuriser son compact en randonnée afin d’éviter une chute fatale !

Une longe de sécurité pour éviter une catastrophe !

Pour sécuriser la sortie de mon appareil en toute circonstance, je l’ai attaché avec une cordelette à la lanière de ma bretelle de sac à dos. Ceci, via un petit mousqueton qui me permet de pouvoir également le décrocher facilement. Notamment, lorsque je souhaite le poser au loin, sur son pied photo. Le moment le plus dangereux étant la sortie de l’appareil, surtout lors de la marche à pieds dans des terrains peu carrossables…

Retour d’expérience avec cet appareil photo

Les plus +

J’aime vraiment ce petit appareil. Il ne remplacera jamais mes reflex, mais tout de même. Il m’épate toujours par la qualité des photos qu’il produit ! En plus il est robuste. Je vous l’assure ! Lors de ma Grande Traversée du Jura en ski de fond en mars 2017, j’ai fait une mauvaise chute sur un chemin avec de la neige fondue laissant apparaître le bitume et j’ai fini à plat ventre. Le problème est que mon cher boitier, n’était pas dans sa sacoche, mais dans ma poche avant de veste. Bilan des courses, il s’est retrouvé coincé entre, mon ventre et le bitume, sur plusieurs mètres ! Ma veste Gore Tex, n’y a pas résisté. Mon Sony RX100 III SI ! 🤗. Ouf !!!

Ce compact, je l’ai vraiment trimbalé partout (même, quand je suis avec mes reflex) et il a résisté à tous les climats, hivernaux, tropicaux, froid, humide, voir les deux à la fois ! Pourtant, officiellement, il n’est pas tropicalisé….Mais je suis plutôt un garçon soigneux 😇

Habituellement, coté réglage et utilisation, j’utilise souvent en mode priorité ouverture [A] et je retrouve sur ce boitier presque les mêmes possibilités de configuration semi-automatique et manuelle que sur mes reflex. Fonctions pour moi indispensables, car le meilleurs des automatismes ne remplace jamais les bonnes veilles habitudes du “vieux” photographes formé à l’argentique. Vous savez l’époque où, on passait ses nuits dans le noir à développer ses clichés au dessus des bacs de chimie et ou la pellicule de 36 poses coûtait suffisamment cher, pour qu’on ne déclenche pas sans un minimum de certitude que la photo de soit pas ratée ! Mais je m’égare…

Revenons à ce sympathique boitier !
Un autre aspect plutôt amusant, est l’écran amovible arrière, qui permet vraiment des angles de prise de vue, auxquels je ne me risque pas avec un reflex 🙃
Le viseur électronique est également génial. Moi qui porte des lunettes, j’arrive à m’en servir avec aisance. Ce qui n’est même pas le cas sur certains reflex !

Les moins –

Bon, c’est bien tout ça ! Mais il a bien des défauts, ce bel appareil ? Me direz-vous…

Je vous rassure la réponse est oui ! Car comme vous le savez, rien n’est parfait ! Mais, j’ai beau me creuser la tête et je n’en vois pas beaucoup… Peut-être :

  • La prise en main n’est pas toujours facile. Il est petit. Je l’ai donc sécurisé en randonnée et lui ai ajouté en face avant, sous l’emplacement des doigts, un petit bout de gaffeur qui le protège et fait office d’anti-dérapant. Cela améliore bien la prise en main et évite qu’il glisse de trop, notamment à la sortie de sa sacoche.
  • La vitre arrière est traitée. À quoi sert ce traitement ? Je n’en sais rien. Mais il ne tient pas très bien. Le miens est déjà à moitié effacé sur les bords de l’écran. Néanmoins, une fois l’écran allumé, je ne vois aucune différence. Par contre, la vitre arrière résiste bien aux rayures. Le miens est toujours en parfait état, de ce côté là.
  • J’aurai aimé avoir, pour la même qualité photographique, un zoom grossissant plus. Cela pour les animaux que je rencontre en montagne et qui sont souvent un peu trop loin pour le 70 mm…

Conclusion

Je dirais que cet appareil photo compact SONY RX100 III, me comble sur bien des points. Notamment, sa légèreté et son autonomie; sa qualité d’image ; sa connectivité (NFC et Wifi) qui permettent des transferts en pleine randonnée sur un smartphone (via un logiciel spécifique «PlayMemories Mobile» développé par SONY)

Depuis que je possède cet appareil, je pars en randonnée l’esprit tranquille. En sachant, que je ne regretterais pas (trop) mes reflex !

L’offre des compacts experts 2017

Actuellement le SONY RX100 III reste toujours un excellent choix, malgré son age (trois ans déjà !). Son prix à aujourd’hui baissé et la concurrence est faible sur ce secteur. Néanmoins, CANON cette année, vient de sortir le PowerShot G5X qui offre une belle alternative avec une plus grande montée en ISO et un zoom légèrement plus long, 100 mm. Néanmoins, de mon point de vue, il est un peu plus encombrant par son viseur permanent…. Par contre au niveau du poids, ils se valent.

Le mieux est de vous faire votre propre avis et je vous laisse un lien vers le site «Les Numériques» qui offre un comparatif des meilleurs compacts experts du moment.

À vous de choisir le bon, et surtout avec vos propres critères ! Pour ma part, mon RX100 III reste pour le moment toujours mon favori 👍.

Outre mon appareil, j’emporte en randonnée quelques accessoires complémentaires

Le strict minimum, poids oblige ! Donc juste :

  • une batterie de rechange (même si pour une semaine de randonnée une seule batterie suffit. Par sécurité…)
  • une carte mémoire de rechange (Idem c’est rare que j’ai à passer sur la seconde. Sauf quand j’abuse de la vidéo 🙄 )
  • un petit pied photo (vraiment indispensable, pose, groupe, etc…)

Avec tout ce matériel, j’arrive à un poids d’environ 400g et je peux prendre des photos pendant deux semaines en autonomie et sans me restreindre ! Idéal non ?

Pesée du matériel photo de randonnée
Mon matériel photo de randonnée au complet, avec les accessoires, pour deux semaines de rando !

Et l’appareil photo idéal pour la randonnée, ce serait quoi, s’il existait ?

En fait, l’appareil photo idéal pour la randonnée n’existe pas encore, pour ce qui concerne mes critères. Si je devais l’imaginer, il serait de type compact expert, avant tout pour le gain de poids, l’encombrement et l’accessibilité. Mais avec en plus de cela :

  • un objectif équivalent 16x600mm, (permettant les grands angles pour les paysages et le téléobjectif pour les animaux. Des extrêmes inconciliables donc !)
  • une tropicalisation complète, voir une étanchéité à 10m,
  • un mode HDR évolué,
  • un flash puissant, avec un mode « fill in » réglable,
  • la vidéo 4k avec stabilisateur et ralenti,

Tout cela avec la même autonomie et le même poids bien sûr !

Cela ressemble beaucoup plus aux bridges qui arrivent en ce moment sur le marché, mais ils sont encore trop lourd, encombrants et manquent d’autonomie !

Tu exagères me direz-vous ! Et bien oui ! Mais ça fait du bien de rêver ! Et entre nous, je pense qu’il ne faudra pas des années, au rythme où la technologie évolue pour que ce rêve devienne réalité.

Et vous, pour vos randonnées, quels sont vos critères ?

Merci d’avance pour vos réactions 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.