Baguenaude à la Dominique (Dominica)

Bateaux pêcheurs
0 Partages

Vous connaissez déjà la Martinique et la Guadeloupe ? Et vous aimez le climat des Caraïbes et la nature luxuriante des zones tropicales. Alors, vous aimerez la Dominique !

La Dominique est une île qui se situe dans les caraïbes entre la Guadeloupe et la Martinique. C’est un pays indépendant, de langue anglaise (on roule à gauche) et forte d’environ 70 mille habitants. Sa capitale Roseau, est située en partie sud de la côte ouest.

Dominique, une île Nature !

Cette île est restée très nature, sans grande transformation par l’homme. Elle est d’ailleurs surnommée à juste titre «Nature Island» ! Le centre de l’île est majoritairement recouvert d’une forêt de type tropicale. Ceci car elle est abondamment alimentée en eau par les nuages qui s’y déversent, bloqués sur les hauteurs des montagnes. Elle est d’origine volcanique et offre ainsi des paysages de nature sauvage de toute beauté avec une densité végétale d’une grande biodiversité.

Son sol volcanique offre des paysages atypiques tels que la vallée de la désolation [Desolation Valley]. Vallée qui permet d’atteindre le lac bouillant [Boiling Lake] (voir mon article consacrée à cette randonnée). Par ailleurs, de nombreuses sources chaudes circulent sur le flanc de ses montagnes et font le bonheur des randonneurs et des touristes en fin de journée. En effet, on peut se détendre pour quelques euros dans des vasques aménagées en SPA, tout en sirotant quelques bonnes boissons locales. À faire absolument !

Baie de Scotts Head
La baie de Scotts Head vue depuis le sommet de la pointe sud de l’île. Les montagnes volcaniques du parc national de Morne Trois Pitons à l’horizon.

le Waitukubuli National Trail, une randonnée engagée !

Cette île est également réputée dans le monde de la randonnée, car elle offre le plus long chemin de grande randonnée des Caraïbes avec le Waitukubuli National Trail (WNT), qui traverse l’île du sud au nord sur environ 184 km et 14 étapes. Ce parcours est rude, car le climat chaud et humide qui règne en permanence dans ces montagnes, rend les chemins boueux et glissants. Ce WNT est donc réservé à des randonneurs sportifs ! J’en ai fait quelques tronçons avec beaucoup de bonheur. Attention néanmoins, pour randonner sur le WNT, il faut s’affranchir d’une taxe, soit journalière, soit globale (voir les détails sur le site officiel).

Le lac de Boeri
Le lac de Boeri au cœur du parc national de Morne Trois Pitons

Une île pauvre financièrement, mais riche humainement !

Cette île est en partie restée à l’état naturel par la pauvreté de ce petit état du “Commonwealth of Dominica”. Le tourisme y est moins développé que sur les îles voisines. Elle a par ailleurs, essuyée plusieurs ouragans, ces dernières années, qui ont considérablement endommagé ses infrastructures et particulièrement son réseau routier. De nombreux ponts ont été emportés sur l’unique grande route périmétrique de l’île. Par conséquent, pour circuler, il est fortement recommandé d’opter pour une voiture à quatre roues motrices. Partout, l’accueil est chaleureux car le touriste est rare, et donc précieux ! Cette île, offre vraiment un cadre paisible à tout point de vue et les locaux sont toujours prompt à vous raconter leur île, qu’ils aiment tant !

Deux populations cohabitent. Les indiens originaires de l’île qui sont localisés dans une petite partie du nord de l’île. Les populations noires, descendants de la période esclavagiste du colon Anglais. Ils représentent la seconde population Rasta mondiale, après la Jamaïque. Vous pouvez donc imaginer facilement ce qui va avec. Et oui, Musique Reggae et Marijuana ! Ce qui rend certains endroits de l’île, haut en couleur 🙂 et fort sympathiques !

Maisons de plage à Scotts Head
Baraques de plage à Scotts Head

Un paradis pour la plongée sous-marine

L’autre activité développée à la Dominique est la plongée sous-marine. En effet, les fonds sont magnifiques avec, de mon point de vue, une faune plus diversifiée et abondante que sur les îles voisines. La pointe sud notamment [Scotts Head] offre des sites de plongée splendides ! Certains sites, plus au large de la pointe sud, nous ont permis de rencontrer de nombreuses tortues marines et un grand nombre de gros poissons pélagiques. L’eau y est limpide et chaude, comme partout sous ces latitudes (sauf en cas de grosse pluie). Un vrai régal pour les yeux.

De plus, la côte à cet endroit, offre de splendides paysages de montagnes qui plongent dans la mer. En outre, certaines plages, dans ce coin, offrent également un phénomène surprenant et atypique avec des bulles de gaz volcaniques qui filtrent à travers le sable. Elles forment alors des chapelets de fines bulles qui remontent tranquillement et éclatent à la surface. Cela donne l’impression de se baigner dans du champagne ! Vive Bubbles Beach !

La cote, le long de Salisbury, est également riche en beaux sites de plongée que Béatrice et Harald de «East Caraïbes Dive Dominica» vous feront visiter avec gentillesse et sécurité. Béatrice étant Française, elle n’hésite pas également à vous aider dans l’organisation de votre voyage sur place. Elle peut vous aider à trouver hébergement et véhicule à des prix des plus compétitifs ! Merci encore à tous les deux !

Nota : Désolé mais je ne vous présenterai pas de photo sous-marine, car j’ai arrêté d’en faire depuis plusieurs années. Bicause, trop de matériel à trimbaler ! 🙂

En conclusion

J’ai beaucoup apprécié ce voyage à la Dominique, par le coté nature originelle qu’elle offre. Et cela, tant sur terre, que sous l’eau. Magnifique île des Caraïbes, la Dominique est une destination vraiment dépaysante et sublime, si on aime la nature sauvage ! J’ai particulièrement apprécié les plongées dans le sud et la randonnée à Boiling Lake ! Mais tout le reste était très bien aussi !

Bateau de pêcheurs
Des pêcheurs sur le départ, échangent sur le meilleur lieu de pêche…

Côté pratique

Voyage

Le voyage sur cette île, se fait facilement à partir de la Guadeloupe. Soit, par avion, vingt minutes de vol, soit par bateau, environ deux heures. Néanmoins, je vous recommande l’avion. Car en bateau, les trajets sont parfois annulés, en fonction des conditions maritimes. Pour ce qui est des airs, je vous recommande de privilégier la compagnie « Air Caraïbes », car c’est une des plus régulières.

Les autres compagnies sont très aléatoires sur cette destination, surtout pour repartir de la Dominique. Ce qui peut être problématique en cas de correspondance de vol. Il est vraiment nécessaire de laisser une marge de sécurité  confortable pour la correspondance, surtout au retour. Lorsque, je suis arrivé à l’aéroport pour rentrer en Guadeloupe de nombreux passagers attendaient depuis de nombreuses heures leurs vols qui n’arrivaient pas…

Hébergement

Il est facile de trouver un hébergement (location d’appartement ou maison,  le moins cher) et de nombreux hôtels offrent des prix abordables autour de Roseau. Pour faciliter les relations avec les loueurs d’appartements (souvent des particuliers) vous pouvez vous adresser à Béatrice (coordonnées ci-dessous) qui saura vous conseiller efficacement.

Véhicule

Indispensable pour circuler sur l’île, une voiture 4×4 ! Elles sont facile à louer et pour un prix raisonnable. Dans ce cas, le loueur vient vous chercher et vous ramène à l’aéroport en fin de séjour, ce qui est très pratique ! Attention néanmoins, les “routes” sollicite vraiment la mécanique et personnellement, j’ai réussi à crever en roulant doucement… Donc la prudence est de mise, en tout instant, sur cette île nature !

Route emportée
La route a été emporté à de nombreux endroits par les torrents provoqués lors de l’ouragan Erika.

Nota : Pour conduire une voiture sur l’île, il est nécessaire de payer une taxe spécifique à l’arrivée à l’aéroport. Elle est payable directement en monnaie locale ce que vous n’aurez probablement pas à l’arrivée. Si vous payez en euros ou dollars, je vous recommande de laisser un compte rond, même supérieur, car sinon vous allez perdre un temps important en palabres diverses… 🙂

Coût de la vie

La vie sur place est moins onéreuse que sur les îles Françaises, ce qui rend ce voyage très abordable. Les restaurants vous ferons manger des poissons et produits frais locaux pour quelques euros. Tous les guides proposent de très bonnes adresses, que je ne commenterais donc pas ici.

La bonne période

Nous y sommes allé fin mai début juin ce qui était pour eux hors saison touristique. Le gros avantage de cette période est que le coté nature est largement renforcé par le calme du hors saison :-). À n’en pas douter une bonne période. Sinon, à part la saison des cyclones, autour de septembre, toutes les saisons sont bonnes comme en Guadeloupe et Martinique.

Coucher de soleil sur la mer
Couché de soleil sur la baie face à Salisbury

Article complémentaire

Quelques liens pour aller plus loin

  • Le site officiel du Waitukubuli National Trail : http://www.waitukubulitrail.com/ Toutes les infos importantes s’y trouvent !
  • Le seul club de plongée sous-marine Français de la Dominique tenu par Béatrice et Harald. Il se situe sur la plage de Salisbury à 20 minutes au nord de la capitale Roseau. Ils sont très accueillants et offrent l’accès aux plus belles zones de plongée de ce coin de la cote. Par ailleurs, ils peuvent vous aider à trouver un logement et un véhicule à travers leur réseau de relations locales. Vous pouvez même les appeler de ma part ! Toutes les infos sur leur site http://eastcaribdive.free.fr/
  • Un très sympathique club pour les plongées du sud de la Dominique. De langue anglaise, avec un accueil très chaleureux et dévoué. Ils vous emmènerons sur les plus beaux sites de plongée du sud de cette magnifique île : http://www.natureislanddive.com/

La galerie photos

0 Partages

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.