Comment nettoyer le capteur photo numérique d’un reflex ou d’un hybride

Si comme moi vous changez souvent d’objectif, vous ne resterez pas très longtemps sans que votre capteur ne laisse entrevoir des poussières. Et ce malgré le meilleur système de nettoyage automatique que votre boitier puisse avoir. Par ailleurs, vous obtiendrez le même résultat, même si vous ne changez pas souvent d’objectif, mais que vous utilisez un zoom non tropicalisé. En effet, dans ce cas des poussières finiront également par pénétrer jusqu’à votre capteur par le ʺpompageʺ généré par la bague de zoom ! Si vous possédez un hybride c’est encore pire car le capteur est à nue dans la chambre et il est donc encore plus sensible aux poussières.

Par conséquent, mieux vaut savoir se débrouiller avec le nettoyage de son capteur. D’autant, que cela n’est vraiment pas une opération compliquée. En fait, le plus dur est de se lancer la première fois, mais une fois entrepris, l’action est démystifiée et on se reproche même de ne pas l’avoir effectuée plus tôt !

Nota : quand je parle de nettoyer le capteur, il s’agit en fait de nettoyer le filtre anti-poussière qui se situe en protection au-dessus du capteur. Mais pour plus de commodité, je l’appellerai par simplification « le capteur ».

Il ne s’agit pas ici de procéder comme un bourrin et de nettoyer votre capteur n’importe comment ! 😱

Nous allons donc procéder de façon simple avec des outils adaptés à la situation et avec minutie 😉

Mais quand, est-ce vraiment nécessaire de nettoyer le capteur ?

La réponse est simple, Il faudra le nettoyer lorsque vous verrez sur vos photos des “taches/points/spots/trainées” qui n’ont rien à y faire ! Et ce particulièrement lorsque, loi de Murphy oblige, les pettouilles en questions, se positionnent justement sur les parties importantes de l’image ! Là, vraiment le nettoyage sera à entreprendre afin de ne pas passer des heures sur votre ordinateur, à nettoyer à la mano, un à un, vos clichés !

Comment vérifier la présence de poussières sur le capteur ?

Il faut faire une photo de test. Elle vous permettra de vérifier autant la présence des poussières sur le capteur de temps en temps que l’efficacité de votre nettoyage.

Lors des phases de nettoyage, il faudra procéder de façon itérative. En effet, il est presque toujours nécessaire de reproduire le nettoyage plusieurs fois pour arriver à un bon résultat. J’entends déjà certain dire « mais combien de fois ? »

La perfection n’étant pas de se monde, il est bien rare d’obtenir un capteur totalement exempt de poussières même après de multiples nettoyages. Mais à partir du moment où elles sont suffisamment discrètes pour ne pas altérer la lecture de l’image, pour ma part je considère que le résultat est satisfaisant. Il n’y a donc pas de règle et en fonction de la situation cela peut aller de 2 à 10 fois…

À chacun de fixer son niveau d’exigence !

Donc le processus itératif est :

  1. Nettoyer ;
  2. Faire une photo de test pour vérifier le résultat ;
  3. Reprendre à l’étape 1, tant que le résultat n’es pas satisfaisant.

La photo de test

La photo de test, est à réaliser dans les conditions suivantes :

  • prendre en photo une surface blanche (porte de frigo) ou bleu (ciel sans nuage),
  • fermer le diaphragme au maximum à f22,
  • régler la mise au point sur l’infinie (pour cela débrayez votre autofocus et passez en mode manuel),
  • regarder cette photo sur votre ordinateur.

Si vous ne voyez aucun spot, même dans les coins, passez votre chemin, votre capteur est propre !

Vous constatez des “taches/points/spots/trainées”

Dans ce cas deux possibilités s’offrent à vous :

  • ce sont des spots, ponctuels et homogènes. Dans ce cas, un nettoyage à sec devrait suffire ,
  • vous apercevez des trainées, des auréoles, ou des taches prolongées, c’est probablement que vous avez des poussières grasses. Dans ce cas, vous pouvez passer directement au nettoyage humide, car il y a de forte chance, pour que le nettoyage à sec se révèle inefficace.
On voit bien sur cette photo de test les pettouilles grasses dans les angles et les poussières plus ou moins grosses un peu partout ! Là, pas de doute, il faut nettoyer.

Précautions préalables à tout type de nettoyage

  • Avant l’opération de nettoyage, il faut recharger la batterie de votre boitier à fond. Ceci afin que l’autonomie assure le fait que l’obturateur et le miroir ne se referment pas en cours de route ! Ce qui aurait, pour inévitable conséquence, de les endommager !
  • Je vous conseille également d’éviter à tout prix les contons tige, car ils laissent des poils dans la chambre et sur le capteur, qui peuvent être long et fastidieux à retirer (j’en ai fait la triste expérience).
  • Avant l’opération de nettoyage, mettez-vous dans un endroit propre et sec avec un excellent niveau d’éclairement. Ceci afin de pouvoir éclairer à l’intérieur de la chambre du capteur pour voir correctement ce que vous allez faire.
  • Préparez l’ensemble de l’outillage nécessaire à l’opération à portée de mains.
  • Faire attention à ne pas toucher les parois de la chambre (avec le bâtonnet ou le pinceau) avant d’atteindre le capteur, car cela pourrait le polluer et vouerait à l’échec votre opération.
  • Personnellement, je déconseille l’utilisation d’une  poire soufflette sur le capteur car cela occasionne un courant d’air qui ne fait qu’apporter les poussières de l’air ambiant au contact du capteur. Par contre, l’aspirateur peut-être efficace après une ionisation de la chambre du capteur (voir ci-dessous). L’utilisation d’une bombe d’air sec peut également aider dans certains cas. Mais personnellement, je l’évite pour la même raison que la soufflette.

Le nettoyage à sec du capteur numérique

C’est le nettoyage le plus simple et celui qui résout le problème dans la majorité des cas.

Le matériel

Le pinceau électrostatique est l’outil idéal pour le nettoyage du capteur à sec. C’est un pinceau qui possède :

  • des poils qui peuvent se charger en électricité statique,
  • un petit moteur électrique permettant de faire tourner l’ensemble des poils du pinceau afin qu’ils se chargent électriquement grâce leur frottement au contact de l’air.
  • un éclairage à leds qui permettent d’éclairer la zone de travail (c’est très pratique, mais pas suffisant).

Ainsi chargés électriquement, les poils du pinceau captent facilement les poussières sèches présentes sur le capteur.

Pinceau de nettoyage de capteur électrostatique

Ouverture de l’accès au capteur

Il faut lire la notice de votre boitier photo pour savoir comment faire pour donner l’accès au capteur. Une fonction du menu permet, une fois l’objectif retiré, de lever le miroir et/ou d’ouvrir l’obturateur afin de dégager l’accès au capteur. Ensuite, en fin d’opération de nettoyage, il suffit de mettre hors tension le boiter pour qu’il reprenne son mode de repos habituel.

Menu d’ouverture d’accès au capteur pour Nikon

Procédure de nettoyage

Avant toute chose, mettez-vous dans un endroit propre et tranquille. Positionnez à portée de mains, l’ensemble des outils et ustensiles nécessaires à l’opération et équipez vous d’un très bon éclairage. Personnellement, j’ai opté pour une frontale à leds.

Ensuite, procédez de la façon suivante :

  1. Ouvrir l’accès au capteur sur votre boitier (voir votre notice) ;
  2. Retirer le capot de protection des poils du pinceau ;
  3. Faire tourner pendant quelques secondes les poils du pinceau ;
  4. Arrêter la rotation du pinceau ;
  5. Orienter le pinceau en biais afin de le faire entrer dans la chambre du capteur sans le frotter sur les parois :
  6. Appliquer le pinceau sur un bord du capteur en appuyant suffisamment pour que les poils se répartissent sur sa hauteur ;
  7. Faire glisser le pinceau vers le bord opposé en conservant une pression constante ;
  8. Puis, refaire un passage en sens inverse puis sortir le pinceau de la chambre du capteur ;
  9. Remettre le capot en place pour protéger les poils du pinceau ;

 

Une fois ce premier cycle réalisé, vous pouvez à l’extérieur de la chambre du capteur :

  • Faire à nouveau tourner le pinceau afin d’en recharger les poils et éliminer, par la force centrifuge, les poussières captées lors du premier nettoyage :
  • Puis, reprendre la procédure précédente le nombre de fois nécessaire.

À l’issue de ces passages de pinceau, il convient de faire une photo de test pour vérifier que le nettoyage est satisfaisant.

Cette petite vidéo (en anglais) présente la réalisation de ce process.

Cette opération est très simple et suffisante dans 90% des cas !

Nota : Si avez utilisé le pinceau en présence de taches grasses, vous les aurez inévitablement étalées. Dans ce cas inutile d’insister. Passer au nettoyage liquide ci-dessous. Et surtout, laver les poils de votre pinceau avec de l’eau savonneuse ou avec le produit dégraissant capteur s’il est compatible avec les poils de votre pinceau.

Utiliser un Ioniseur pour augmenter l’efficacité du nettoyage à sec.

Afin d’augmenter l’attractivité du pinceau (qui lui est chargé par le frottement des poils dans l’air en tournant rapidement) il est intéressant d’ioniser l’air et les pièces présentes dans la chambre du capteur afin de les rendre antistatiques (neutralisation de l’électricité statique). Pour ce faire, j’utilise un “ioniseur” maison.

Ce petit appareil peut être fabriqué très facilement à partir d’un allume gaz piézo-électrique. Pour tout savoir sur la fabrication et l’utilisation de ce petit ustensile magique, je vous recommande de vous rendre sur ce site qui explique en détail, la façon de procéder.

Personnellement, j’ai suivi cette méthode et je l’utilise depuis maintenant des années avec satisfaction.

Mon ioniseur maison très pratique et vraiment pas cher !

Nettoyage humide du capteur numérique

Si vous passez à cette étape, c’est que le nettoyage à sec s’est révélé insuffisant. Vous constatez encore la présence de trainées et tâches sur votre photo de test. Effectivement, dans ce cas, c’est probablement que votre capteur a reçu quelques poussières grasses venant du mécanisme interne de l’appareil (obturateur, miroir,…).

Ce genre de mésaventure n’est pas rare, surtout lorsque l’appareil est neuf, en période de rodage. Mais « no stress », le nettoyage humide va en venir à bout sans que ce soit plus difficile que le nettoyage à sec.

Le matériel de nettoyage humide

Il est composé d’un flacon de liquide spécifique et de bâtonnets dont l’extrémité est couverte d’une compresse douce et non pelucheuse.

Ces bâtonnets sont d’une largeur variable et chaque fabriquant propose des bâtonnets adaptés à la taille des différents capteurs. C’est à dire à la hauteur du capteur. Il faut donc vous rendre sur leur site afin de déterminer le bon kit pour votre boitier photo.

Les deux principaux fournisseurs sont :

La technique du nettoyage humide

Cette technique consiste à réaliser le même processus que pour le nettoyage à sec mais avec un bâtonnet équipé d’une compresse humidifiée par un liquide dégraissant. Ce liquide est très volatile et s’évapore presque instantanément sans laisser de trace.

  1. Préparez votre bâtonnet et imbibez le de quelques gouttes (refermez aussitôt le flacon, car le liquide est très volatile) ;
  2. Ouvrez l’accès au capteur sur votre boitier (voir votre notice) ;
  3. Orientez le bâtonnet en biais afin de le faire entrer dans la chambre du capteur sans le frotter sur les parois :
  4. Appliquez le bâtonnet sur un bord du capteur en appuyant suffisamment pour augmenter la surface de contact ;
  5. Faites glisser le bâtonnet vers le bord opposé en conservant une pression constante ;
  6. Puis, refaites un passage en sens inverse ;
  7. Enfin, sortez le bâtonnet de la chambre du capteur.

À l’issue de ces passages du bâtonnet, il convient de faire une photo de test pour vérifier que le nettoyage est satisfaisant. Recommencez, si nécessaire, jusqu’à obtention de la qualité de nettoyage désirée.

Le fabricant préconise de changer de bâtonnet pour renouveler l’opération. Cette sage précaution évite de trainer une poussière agressive sur la surface du capteur qui risquerait de le rayer.

Nota : Personnellement, afin d’économiser ces précieux ustensiles, j’utilise la marque Photosol. Elle fournie des bâtonnets équipés d’une compresse pliée et maintenue par un élastique. Cela me permet de retourner la compresse afin de l’utiliser à nouveau sur une partie vierge. Cette opération est délicate, car il ne faut en aucun cas poser les doigts sur la partie qui sera en contact avec le capteur. N’entreprenez donc cette opération que si vous être très méticuleux.

Voilà, vous n’avez plus qu’à vous lancer 😊

Laisser un commentaire